Comment j’ai été découragée de bosser en grand groupe !

Je m’appelle Alix de Bricourt, j’ai 25 ans et je vais vous raconter comment j’ai compris que je voulais quitter le confort des grands groupes pour bosser en Startup.

L’année dernière, j’ai commencé à comprendre que le fonctionnement des grands groupes n’était pas pour moi et que je m’engageais pas dans le bon truc (mais what qu’est-ce que je fais là?).

Mais même si j’étais sûr de ça, j’ai mis pas mal de temps à me l’expliquer et puis à comprendre … Une réflexion que je vais vous partager dans cet article, parce que j’aurais bien aimé lire ça il y a un an.

Au moment de commencer à bosser, j’étais cette fille qui n’avait pas vraiment de passion. Super intéressée par les technologies, l’innovation et le monde de l’entrepreneuriat, mais sans déclic particulier.

Comme plein d’étudiants, c’était la théorie du vide, on nous demande de choisir mais on ne sait pas ce dont on a vraiment envie. Bref, je ne savais pas exactement ce que je voulais faire, vers où me diriger… et pourtant je m’en étais posées des questions (beaucoup beaucoup de questions) !

Où j’ai travaillé et ce que j’y ai fait

Du coup j’ai décidé de laisser les choses se faire, puis grâce à une super opportunité, j’ai commencé un stage chez Microsoft sur Lumia, la gamme Smartphone de Microsoft. Après j’ai complètement changé et me suis embarquée dans la grande distribution, chez Ricard, sur toutes leurs marques d’alcool. Aujourd’hui, me voilà en alternance chez BOURBON Offshore. BOURBON c’est le leader international dans le service (transports divers et robotique marine) aux industriels pétrolier.

Pour ces trois expériences, j’ai fait différent jobs et j’ai touché à tout. J’avais envie de travailler dans des services différents (mais complémentaires) pour devenir un véritable “couteau suisse”. Chez Microsoft, avec mon super boss, j’étais en charge d’analyser les ventes de Lumia, de penser et d’organiser l’exécution Marketing terrain pour promouvoir et vendre nos téléphones. Après, une fois chez Ricard, mon job était d’aider à gérer la promotion en GMS pour vendre nos bouteilles. Maintenant ma mission au sein de BOURBON c’est de communiquer à l’interne auprès des filiales et à l’externe sur les réseaux sociaux, via différents médias print et digitaux.

Finalement, après ces expériences où j’ai été super engagée et à fond dans mes missions, le bilan reste mitigé : ça ne va pas, ça ne me plait pas… il y a toujours un problème.

Alors je me suis pas mal remise en question, est-ce que c’est moi qui ai un soucis ? Pourquoi à chaque fois je n’aime pas les boîtes où je suis ? Kiffer dans le travail, je ne connaîtrai donc jamais ?

Vous vous rendez compte, c’est terrible d’aller travailler tous les jours en sachant que vous n’êtes pas heureux dans ce que vous faites… Je réalise tout ça, j’arrive pas à en faire abstraction, je me sens seule et incomprise. Pourquoi est-ce que pleins de gens adorent et pas moi ? 

 

Pourquoi ces grands groupes ne me plaisent pas ?

➡️ Des produits et services qui ne tiennent pas leur promesse.

Ces grosses organisations sont incapables d’être assez souples pour prendre en compte les feedback utilisateurs (en 2017 c’est pas possible!)…

Chez Lumia c’était vraiment mon gros dilemme parce que je ne croyais pas au produit : pourquoi on reste sur du Windows Phone ? Pourquoi nos tel’ sont si peu performants ? Et les plaintes clients, on les fait pas remonter ?

Bah non, on peut pas, ça vient des States et c’est eux qui s’occupent du produit, de la stratégie puis ils nous font tout redescendre. Nous tout ce qu’on a c’est des milliers d’Euros pour promouvoir un smartphone et donner aux gens envie de l’acheter. En plus, sérieux, un smartphone avec une OS où on peut pas avoir d’appli genre Snapchat, difficile d’y croire.

➡️ On se contente de ce qu’on a toujours fait.

Un jour, en réunion chez Ricard, j’ai compris que j’allais quitter la boîte et qu’il y avait un fossé énorme entre eux (les employés Ricardien) et moi.

Lors de cette réunion on discute de la mise en place d’une Newsletter pour les commerciaux, sur le papier, super idée. Pour vous expliquer, Ricard a plus de 200 commerciaux sur le terrain qui vont de magasins en magasins, ou de bars en bars, pour promouvoir les différentes marques d’alcool Ricard. Commercial terrain c’est un métier de solitaire et c’est bien connu, la communication entre le siège et le terrain est assez complexe. Cette Newsletter c’est donc une super idée pour garder le contact avec eux, ils ont différentes occasions pour la lire le soir (solo dans leur chambre d’hôtel) ou en attendant un rendez-vous.

Sauf que non nous n’utiliserons pas d’outils pour rendre la newsletter “connectée” et surtout, on ne fait pas quelque chose de design et beau, parce que ça n’est pas fait pour ça. “Ça va les perturber, les éloigner de la newsletter qui est à but informatif”.

Ouais donc surtout on reste sur un truc bien moche et illisible parce que sinon on va devoir trop travailler et perdre du temps. C’est sûrement un soucis générationnel mais comment peut-on penser comme ça ? J’ai eu beau essayer d’expliquer ma vision de la chose, on n’a pas pris mes interventions au sérieux, les jeunes…

 » La génération Y est vraiment ingérable « 

Je suis ressortie de cette réunion déçue, je n’étais pas du tout fière de mon travail et surtout, j’ai compri que je ne pourrais pas changer la mentalité de mes collègues formatés.

Moi je veux comprendre pourquoi les choses ne sont pas bien faites et surtout les améliorer pour faire ce qu’il y a de mieux.

➡️ Des outils de travail dépassés, aucune innovation…

En 2015, j’ai participé au lancement de Windows 10, une belle effervescence pour un beau produit, surtout quand on sait le flop qu’avait fait Windows 8. Super ! J’ai été assez gâtée à ce niveau chez Microsoft, un bon laptop en pleine forme et tout et tout, mais je ne réalisais pas ma chance…

Et hop, chez Ricard puis BOURBON, me voilà de retour en 1998 avec un ordinateur fixe (qui rame tellement…), Windows 7 et le pack Office 2007 où on ne peut même pas ouvrir deux fichier Excel sur le même écran (???). Hmmm il est où le point ? Comment on peut être productif avec ça ? Du coup je vais en réunion avec un calepin puis j’perds 30 minutes à recopier un compte rendu sur mon ordinateur. Oui, bienvenue en 2017. 😱

Après il faut nuancer mes propos et rester indulgent : ces grosses boîtes c’est des structures énormes, innover leur demande un effort incroyable et du temps.

Mais est-ce que j’ai envie de ça ? Moi non, je veux vivre avec mon temps et profiter de toutes les opportunités d’innovation et Tech dans mon job. 

Puis tous ces point négatifs m’obsèdent, j’arrive pas à les minimiser ou à m’en détacher. Je suis super engagée pour ma boîte, je veux casser les codes, faire mieux et différemment, bref me bouger pour avancer !

Sauf que ce n’est pas comme ça que cela se passe dans ces grosses boîtes et je l’ai appris à mes dépends.

Alors j’ai finalement compris ce que je ne voulais pas !

Vous voulez connaître la suite ?

Venez lire mon article “I have a dream… Rejoindre une Startup”, je vous explique tout 😃


🎙 Et vous, est-ce que vous avez été face à ce genre de situations ?

Quelles sont les choses que vous avez trouvées aberrantes en grands groupes ?

Racontez moi votre histoire en commentaire ou écrivez-moi !


Si celui là vous a plu, j’espère que vous aimerez mes prochains articles ⬇️

I have a dream… Rejoindre une Startup !

Mes 5 premières actions pour rentrer dans l’écosystème Startup.

Bientôt diplomée : je réalise que je ne sais finalement rien faire

Mon avis sur Livementor, l’école nouvelle génération, et sa formation Marketing Digital​ Avancée

Interview d’Antonin, podcasteur de Nouvelle École : Travail et passion, un nouveau modèle de réussite ?

 

1 réflexion sur « Comment j’ai été découragée de bosser en grand groupe ! »

  1. Coucou Alix,
    Je viens de découvrir ton blog.
    Et cet article me parle tu ne sais pas à quel point.
    Comme toi j’ai enchaîné les grand groupe et je sais à quel point c’est compliqué d’intégrer le changement dans ces immense usines.

    Continue d’écrire tu réalisé le blog que j’aurais aimé réaliser.
    Au plaisir de te croiser j’espère un jour dans les couloirs de The Family

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *